cartographierechercheplan du siteaccueil
Situation géographique

l'insertion des jeunes & la création d'emploi

Journée de l'Alternance 5e Edition

Pour la Cinor, l’emploi est une priorité. En ce sens, Gérald Maillot, président de la Communauté Intercommunale du Nord de la Réunion, tend à favoriser l’insertion des jeunes, grâce à 40 contrats d’avenir prévus pour cette année, et travaille à développer sa filière déchets afin de créer de l’emploi. 24 postes sont déjà mis en place pour le mois d’octobre 2015.


Cette journée est importante, car il est rare de pouvoir mettre en lien direct des entreprises et des jeunes qui recherchent un emploi. [Ph: KDamour]


 
Imprimer l'article Suggérer cet article à un ami



Quels sont les objectifs et perspectives de la CINOR en matière d’emploi ?
       Notre travail est d’accompagner au mieux les entreprises pour qu’elles soient dans les meilleures conditions possibles d’embauche. Par ailleurs, nous avons voulu embaucher cette année 40 emplois d’avenir par solidarité. Enfin et non du moindre, dans le cadre de l’une de nos compétences, à savoir les déchets, il y a un secteur sur lequel nous travaillons énormément et qui est l’économie sociale et solidaire. Dans le courant du mois d’octobre, nous allons mettre en place une recyclerie textile et mobilier. Cela créera déjà 24 emplois dès sa mise en place. Nous allons travailler avec une association spécialisée dans le traitement du textile à la Réunion. Pour vous donner un ordre d’idée, on enfouie 7000 tonnes de textiles par an. L’association traite 250 tonnes. L’objectif est de traiter 1000 tonnes, d’autant plus que plus on va en récolter, plus on créera de l’emploi. Voilà comment on veut booster l’emploi par rapport à nos compétences. Nous allons également faire du recyclage de mobilier. L’intérêt secondaire de ce système d’économie circulaire, est de revendre à moindre coût et en faire bénéficier le pouvoir d’achat des gens.


Pourquoi avoir choisi d’embaucher les jeunes en contrats d’avenir ?
       Grâce à l'aide de l’État qui finance les emplois d’avenir à 90%, nous pouvons employer d’avantage de jeunes. Toutefois, il convient de souligner que dans le cadre du contrat d’avenir, il a une obligation de formation. Nous avons, ainsi, trois ans pour accompagner les jeunes vers des formations diplômantes ou qualifiantes. Il ne faut pas opposer les uns contre les autres. Pour nous le contrat d’avenir c’est une forme de formation en alternance car ces jeunes sont salariés de la collectivité.


Quels seraient les dispositifs à améliorer pour les jeunes en termes de recherche d’emploi ?
       Nous avons de bons dispositifs sur le nord. En revanche, effectivement, ce qu’on vise c’est de développer les possibilités de chantier d’insertion mais aussi les possibilités d’accompagnement individuel des jeunes pour les aider à s’insérer. Notre objectif est de beaucoup travailler sur le savoir-être. Aussi, plus on pourra développer les organismes d’accompagnement, plus on avancera. Avec la Maison de l’emploi, on travaille beaucoup sur la clause d’insertion. La clause d’insertion oblige les entreprises à prendre des personnes sur un certain nombre d’heures. Toutefois, on n’a pas forcément un bon suivi, ni une bonne visibilité sur ce que ça produit. On veut améliorer ce dispositif en ce sens. Cela oblige les entreprises qui ont des marchés à prendre des jeunes et bien sûr, nous faisons en sorte que les jeunes soient préalablement formés dans le cadre du chantier d’insertion. On veut travailler ce lien.


Un mot à dire sur la «Journée de l’alternance» ?
       Cette journée est importante, car il est rare de pouvoir mettre en lien direct des entreprises et des jeunes qui recherchent un emploi. Ça créé du lien immédiat. C’est très intéressant.


Avez-vous un conseil à donner aux jeunes qui se rendront à cette manifestation ?
       Venez comme si vous alliez passer un entretien d’embauche et soyez le plus ouvert possible à tout ce qu’on pourra vous dire. Le savoir-être est extrêmement important.


CONTRATS AIDES
La Cinor intègre 40 emplois d'avenir

       La Cinor vient d'intégrer au sein de ses effectifs 40 nouveaux arrivants en emplois d'avenir. L'ensemble de ces jeunes, ainsi que leurs tuteurs, ont été accueillis par le Président Gérald Maillot le 15 juin dernier, au siège de la collectivité.

“Je considère que cette intégration constitue un geste fort en direction de la jeunesse. Un geste d’entraide. A un moment de notre vie, quelqu'un nous a tendu la main et cela nous a rendu service et permis de rebondir. Aujourd'hui c'est la Cinor qui s'inscrit dans cette démarche auprès de sa jeunesse», explique le Président de la Cinor. «L' occasion leur est donnée de mettre en avant et de parfaire leur savoir -faire et leur savoir-être, d'occuper, accompagnés de leur tuteur, un poste et d'acquérir une formation qualifiante ou diplômante ainsi qu’une expérience qui leur seront utiles au débouché de ces trois ans”, conclut ce dernier.

Au terme de cette première prise de contacts, chaque CAV s'est vu remettre un petit guide d'accueil, avant de faire connaissance avec l'institution et de retrouver leur tuteur. Une nouvelle vie commence. Les nouveaux arrivants en emplois d’avenir de la Cinor. Le 15 juin, c’était jour de rentrée



Viser à développer les possibilités de chantier d’insertion mais aussi les possibilités d’accompagnement individuel des jeunes pour les aider à s’insérer. [Ph: FloVirapin]


Cette journée, l'occasion pour les jeunes demandeurs d'emploi d'être en contact avec les acteurs économiques. [Ph: FloVirapin]


haut de page


Economie/